Club M’Zouasia Twins Mahorais entre frustration et rêves


Le froid ne leur faisait plus peur. Ils s’y sont presque habitués en passant leur vie dans la capitale ces dernières semaines. Le mercredi, ils ont aussi droit à un soleil éclatant pour leur rappeler que chez eux, à 7 887 kilomètres au sud de Bordeaux, c’est l’été en Australie et il fait 30 degrés en moyenne. le rêve ! Cependant, le
jumeaux capricieux Elle se poursuit loin de l’île de Mayotte, sur les bords de la Garonne.

Après un premier déplacement de deux semaines en Bretagne en novembre, pour le plus grand nombre de qualifiés au CS Plédran et au Plancoët Arguenon FC, les Mahorais sont de retour en France pour affronter les Girondins en 32e de finale de Coupe ce dimanche (18h20) de France à Matmute. Atlantique. Pendant ce temps, les joueurs d’Ali Jamaluddin ont juste eu le temps de faire quelques machines à laver sur leur île natale. Histoire de se faire si belles et propres pour ce match historique qui les attend.

Les infrastructures et la réglementation empêchent tout accueil sur l’île

Un match que cette équipe joue en R1 (la sixième division française) aimerait jouer à domicile. “C’est vrai que beaucoup de Mahorais en parlent. Malheureusement, nous n’avons pas les infrastructures. Nous n’avons pas le choix. Nous devons déménager”, regrette Belhaj Sheikh Ahmed, entraîneur adjoint.

Sûrement pour nous, si c’était une si petite île, leur accueil serait extraordinaire. Nous espérons qu’à l’avenir les élus feront le nécessaire pour avoir des stades appropriés. “

Actuellement, leurs chambres n’ont même pas de vestiaire. Donc en disant. “C’est vraiment dommage. On aurait aimé avoir des équipes urbaines ici. Psychologiquement, cela nous aiderait beaucoup car recevoir, là le public, le contexte, ça donne un énorme avantage”, Ambed Allah Allawi, le secrétaire général du club, des regrets, même si c’était le cas En ce moment réussi en mahorais. En dehors de ces problèmes d’infrastructures, il y a de toute façon une réglementation qu’il faut respecter. Comme le mentionne la FFF 20 minutes, Déplacer une équipe amateur à l’étranger dépend du volontariat et pour les clubs de L1 et L2, c’est tout simplement impossible en raison des calendriers nationaux et de l’UEFA. Peut-être qu’un jour il évoluera…

Les jumeaux M’Zouasia avant leur rencontre face aux Girondins de Bordeaux – Guy Frischaux / 20 min

Financièrement, ça ne change presque rien

En attendant, “il y a forcément beaucoup à faire” dans tous ses déplacements, comme le souligne Ambadullah Allawi. « La gestion humaine déjà, la gestion du matériel, la logistique, le climat, les transports… la situation est encore un peu tendue », reconnaît le dirigeant mahorais. Même chance dans tout ça, c’est le soutien financier de la FFF. Couvre les frais de voyage et d’hébergement pour les clubs étrangers pour 30 personnes de la finale 32. Il était légèrement inférieur dans les septième et huitième tours. Petit regret que souvent tout le monde ne puisse pas monter dans un avion. Tu dois choisir.

Dotation de la Coupe de France pour l'édition 2021/2022.
Dotation de la Coupe de France pour l’édition 2021/2022. – Capture d’écran / FFF

Si les clubs doivent supporter les surcoûts, au final cela reste une bonne opération financière comme c’est le cas pour toutes les équipes qui réussissent dans un vrai chemin. A ce stade, les jumeaux M’Zouasia ont déjà gagné 52 000 € cette saison. Cela représente plus de la moitié du budget annuel du club. Un chiffre qui pourrait augmenter de 30.000 euros si les Girondins donnent leur part comme traditionnelle. Et si c’est un miracle dimanche, alors 50 mille euros supplémentaires tomberont dans les cartons. Pour une fois, le Club mahorais pourrait au moins s’offrir les vestiaires dans les prochains mois.

Un athlète est plus fort que tout

Enfin, on ne peut pas évoquer l’athlète car bien sûr en Coupe de France, il emporte tout sur son passage. Pour Abdallah Allawi, son club est vite quelque chose d’extraordinairement humain cette saison et est encore plus fort pour nous car nous vivons ensemble depuis des semaines comme en Bretagne. Cette fois-ci, il y a une tournure esthétique sur le gâteau, qui est d’affronter un club de Ligue 1 et pas n’importe lequel.

« C’est exceptionnel, ça n’arrive qu’une fois dans la vie », a déclaré le Secrétaire général. Jusqu’à présent et malgré plusieurs tours qualificatifs aux septième et huitième tours depuis dix ans, les jumeaux M’Zouasia ont toujours été dans les rangs des équipes amateurs (Avranches en 2014 et Chateaubriand en 2015). De plus, l’histoire se porte bien car plus d’une dizaine de joueurs mahorais sont supporters des Girondins de Bordeaux.

Alors, oui, ce ne serait pas chez soi devant ses proches, mais quoi de plus sympa pour un joueur amateur que de jouer dans un grand stade devant plusieurs milliers de personnes. « Franchement, arriver au Matmut Atlantic est un rêve, reconnaît Adivan Hamada Nosura, le milieu offensif de l’équipe. Avec ses coéquipiers, ils l’avaient auparavant savouré lors du tour précédent en jouant au Roudoudou. “C’était vraiment super mais quand même deux fois plus gros, comme Belhaj Sheikh Ahmed en profite. A Guingamp, les joueurs ont pu très bien jouer dans cette veine, donc je ne pense pas que cela les effraie.”





Source link

Leave a Comment