Nouma, Foé, Clauss… un livre qui raconte les incroyables coulisses du déménagement à Sang et Or il y a près de cent ans.


Raconter l’histoire du RC Lens à travers les revers de ses transferts, c’est le pari réussi de David Derieux et Grégory Lallemand, deux journalistes de Voix du Nord. Dans leur ouvrage auto-édité ‘RC Lens, L’histoire des transferts’, nous avons déniché les histoires de quinze transitions incroyables des années 30 à nos jours et ont été narrées par les footballeurs de l’époque (joueurs, directeurs sportifs, présidents…)

« On rentre dans les coulisses avec ses zones opaques, ses intérêts et ses histoires financières », explique Grégory Lallemand. Mais il y a aussi et surtout des histoires d’hommes. Nous voyons comment des vies sont activées dans les transferts. “

Anecdotes insolites

Le livre, truffé d’anecdotes, nous apprend par exemple comment, en 1975, André Dellis, le maire socialiste de Lens, contacta Valéry Giscard d’Estaing, alors président de la République, pour faire sortir Joachim Marx de la Pologne communiste et obtenir son autographe. par Sang et Or.

Et l’arrivée de Frédéric Mériot dans les années 1990 n’est pas une mince affaire. Venu du sud en avion pour signer au Losc, le joueur sera choisi par les dirigeants lensois à son arrivée à l’aéroport de Lesquin (Nord).

Recrutement perdu dans l’idylle

De superbes transferts, comme ceux de feu Marc-Vivien Foy, Pascal Noma, Nenad Kovacevic ou, plus récemment, Jonathan Klaus, sont relatés en détail. Au fil des décennies, nous avons également réalisé que l’embauche est devenue très professionnelle, gagnant la qualité de tout ce qu’elle a perdu dans la romance.

« Il y a beaucoup plus de données et moins d’incertitudes qu’avant, note Grégory Lallemand. Aujourd’hui, les personnes qui suivent le club n’attendent plus le premier match amical de la saison pour savoir ce que valent les rookies. Quand on pense que dans les années 90, le club a signé Foy sans le voir jouer un match…” Même si les réseaux sociaux peuvent aussi changer certains transferts. Les usages et les méthodes changent, mais les Mercatos conservent toujours leur part de drame.



Source link

Leave a Comment