Plus d’accidents lors d’un match en France


Vendredi, la 32e de finale de Coupe de France entre le Paris-FC et Lyon, qui s’est déroulée au stade de Charlete à Paris, a été interrompue en raison d’accidents dans les tribunes alors que la deuxième période allait débuter. Pendant la pause, plusieurs fumigènes ont été tirés autour du parking des supporters de Léon. Deux bombes agricoles ont explosé. Des policiers ont été déployés sur le parking et dans le couloir attenant. Puis les spectateurs sont descendus de ce podium sur l’herbe pour s’éloigner des lieux des événements, empêchant la reprise du match.

Puis l’arbitre et les joueurs sont retournés aux vestiaires. Dix minutes plus tard, le public est revenu sur scène après l’intervention de la police et des animateurs et l’annonceur a appelé au calme. Mais vers 22h50, l’annonceur du Charlty Stadium a indiqué que le match ne reprendrait pas. Les deux groupes étaient liés 1 à 1 au moment de la découpe.

Ces événements, les derniers d’une longue série dans les stades français depuis le début de la saison, interviennent au lendemain d’une réunion ministérielle sur les violences dans les stades, à laquelle ont participé jeudi des dirigeants du football professionnel. Cela a conduit à de nombreuses solutions et pistes de réflexion : « mettre définitivement le match en pause » si un joueur ou un arbitre est attaqué, interdire les bouteilles en plastique et les filets de sécurité qui peuvent être remplis.

(primaire/afp)

.



Source link

Leave a Comment